Une petite lueur au bout du tunnel ?

Le 31 janvier dernier, le comité national de la CGSLB, auquel le SLFP a participé et apporté son soutien, a approuvé le texte de l’accord interprofessionnel (AIP) 2017-2018. Les deux autres organisations syndicales, ainsi que les organisations patronales, ont également marqué leur accord sur cette convention. La seule inconnue était, à ce moment, la position du gouvernement fédéral, qui finalement n’a pas émis d’objection. Preuve que, quand la volonté est là, il y a moyen de se concerter et ainsi d’arriver à un résultat, certes pas extraordinaire, mais qui donne espoir dans le fait que le modèle social belge fonctionne encore.

Si cet AIP ne concerne pas directement la Fonction publique, certaines mesures seront traduites dans les textes réglementaires et donc impacteront finalement certaines catégories du personnel des services publics.

Dans la foulée de cet accord, le 1er février dernier, le SLFP et les deux autres organisations syndicales représentatives au sein des services publics ont adressé un courrier au Premier ministre, insistant pour que des mesures similaires à celles reprises dans l’accord interprofessionnel pour le secteur privé, soient consenties pour les agents des services publics. Il s’agit non seulement d’une négociation relative à une possible augmentation salariale, mais aussi  de dispositions qualitatives en matière d’organisation du travail et de charge de travail.

Le SLFP a demandé d’activer rapidement les négociations au Comité A, en vue de pouvoir conclure un accord intersectoriel. Il est à noter qu’il n’y a plus eu d’accord intersectoriel depuis six ans. Il est temps aussi de prouver que, dans la Fonction publique, le modèle de dialogue que nous défendons fonctionne et de faire ainsi taire ceux qui en souhaite la disparition.

Autre dossier d’actualité dont je vous entretiens chaque mois, celui des  pensions. Nous recevons de membres du personnel de nombreuses questions relatives à ce dossier et malheureusement il nous est difficile d’y apporter des réponses satisfaisantes. Tout semble à actuellement à l’arrêt. Alors qu’en principe le volet pension mixte devait revenir sur la table du Comité A en janvier, il ne serait abordé que dans le courant de ce mois. Pour le volet métiers lourds et la réforme des tantièmes, nous devrions attendre le printemps pour entamer la troisième phase de discussion au sein du comité des pensions et ensuite les négocier dans les comités concernés.

Nous vous tiendrons régulièrement informés des avancées réalisées.   

François Fernandez-Corrales
Président général