Vers une rentrée torride

Les mois d’été, qui habituellement sont plus calmes, nous ont réservé cette année des moments on ne peut plus torrides. Tout d’abord, l’épopée des Diables rouges a permis à tout notre pays de communier dans la plus belle des belgitudes, au point de penser que nos problèmes étaient derrière nous.
Ensuite, la canicule a fait transpirer tout le pays et a dramatiquement embrasé le nord de l’Europe et la Grèce. Enfin, et malheureusement, le contrôle budgétaire 2019 a vite fait fondre tout espoir d’embellie pour les travailleurs, qu’ils soient du privé ou du public. Parlons-en de cet accord de l’été 2018, affublé du titre racoleur de «Deal pour l’emploi». Dans les faits, il faut lire deal ARCO vs allocataires sociaux ! Le gouvernement fédéral permet ainsi à chacune de ses composantes de récolter quelques lauriers à utiliser lors des prochaines campagnes électorales.

Nos collègues de la CGSLB se sont abondement épanchés sur les conséquences de ces mesures pour les travailleurs du secteur privé.

L’arrivée d’un 4ème opérateur de téléphonie mobile vise essentiellement à encaisser le montant de la licence, sans mesurer les conséquences réelles sur l’emploi. Le SLFP-Proximus avait déjà dénoncé ce danger. A ce sujet, je vous invite à relire l’édition de juin de notre magazine. Cette décision ne tient pas compte de la saturation du marché actuel. Et l’implantation d’un 4ème opérateur aura des conséquences non négligeables non seulement sur les niveaux d’investissements des actuels opérateurs télécoms, mais surtout en termes de pertes d’emplois en Belgique. En matière de Fonction publique, le Gouvernement a été très discret dans sa communication.

Mais comme nos ministres font leur propagande en vue des prochaines élections, ils ont néanmoins communiqué sur les points suivants :

  • la réglementation pour pension en raison d’inaptitude physique sera modifiée.
  • toujours en matière de pensions, le gouvernement a marqué son accord en seconde lecture sur le dossier pénibilité. Une troisième lecture est attendue en septembre, après que le Bureau Fédéral du Plan ait rendu son avis.
  • enfin, les ministres Jambon et Vandeput se sont laissé aller dans la presse, en annonçant que le capital maladie des fonctionnaires serait supprimé.

Pourtant, le ministre en charge de la Fonction publique fédérale avait affirmé aux organisations syndicales qu’il ne toucherait pas à cette réglementation. D’ailleurs, le CODEX actuellement en négociation n’aborde pas ce dossier. Enfin, ces deux ministres ne font plus mystère de leur volonté de mettre fin au statut des agents de l’Etat. Il va sans dire que, pour le SLFP, il s’agit d’une déclaration de guerre.

La rentrée sera chaude pour ne pas dire torride.      

François Fernandez-Corrales
Président général

Notre site web fait usage de cookies. Ceci nous aide à vous offrir une meilleure expérience dans l’utilisation de notre site web et nous permet de l’optimaliser.  En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.

Plus d'infoFermer