Egalité des genres

L’égalité des opportunités ne se crée pas d’un jour à l’autre. Cela fait aussi des années que le SLFP mène une politique d’égalité des chances dans l’intérêt de ses membres et de son personnel à l’intérieur du mouvement syndical. Ainsi fut créée, en 1993, la cellule Femme et Famille. Depuis lors, les notions de ‘gendermainstreaming’ et ‘égalité des genres’ font partie de la vie politique. A ce point de vue, le SLFP était un précurseur. En effet, l’égalité des genres est prévue dans ses statuts. C’est pourquoi le SLFP a pris la décision d’appeler dorénavant son groupe de travail "Egalité des genres".
Lien externe : Conseil de l'Egalité des Chances

En septembre 2004, les trois syndicats belges (CGSLB, FGTB et CSC) ont signé la Charte du gendermainstreaming. Dans cette charte, ils déclarent vouloir promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes, faire une évaluation, rechercher les principaux problèmes et établir des plans d’action. Selon le Larousse, le ‘genre’ comprend aussi l’ensemble des caractéristiques sociales et culturelles propres à l’homme et à la femme. Pour le Conseil de l’Europe, ‘gendermainstreaming’ signifie l(a) (ré)organisation des procédures gouvernementales. Les acteurs qui donnent forme à la politique le font dans une perspective d’égalité des genres. Gendermainstreaming signifie donc que la politique et les procédures sont modifiées de façon à ce que l’on tienne compte systématiquement des différences possibles en modes de vie et situations entre les hommes et les femmes.

Objectifs de la cellule égalité des genres:

  • étudier l’égalité des genres dans la société et sur le marché du travail, indiquer les problèmes et proposer des solutions aux instances concernées
  • étudier l’égalité des genres à l’intérieur du syndicat
  • représenter le SLFP au Conseil d’Egalité des chances
  • étudier les directives européennes concernant le gendermainstreaming. 

    L’égalité des genres dans la société et sur le marché du travail Etudier et prendre des mesures favorables aux familles.
Les familles sont moins stables et il existe différentes formes de cohabitation, ce qui entraîne l’apparition de nouveaux problèmes.
    La cellule a déjà travaillé sur des thèmes tels que les garderies d’enfants, l’accueil de parents plus âgés, la situation dans les maisons de repos, la situation des femmes de +50 et +60 ans et elle a divulgué de l’information concernant la violence dans le cercle familial et les démarches à entreprendre. 

    En ce qui concerne l’égalité des genres sur le marché du travail, nous avons constaté que :

    • on prête trop peu d’attention aux femmes peu instruites ;
    • le profil à l’embauche correspond souvent à un profil masculin ;
    • le ‘plafond de verre’ existe toujours. C.-à-d. que le nombre de femmes dans les fonctions supérieures n’est toujours qu’une minorité ;
    • 90% des travailleurs à temps partiel sont des femmes qui travaillent souvent dans un régime défavorable pour la pension ;
    • en cas de chômage, l’allocation n’est toujours pas un droit individuel. A ce sujet, nous avons formulé et transmis des propositions aux instances concernées. La sécurité sociale doit être modifiée.

      Egalité des genres à l’intérieur du syndicat 

      Au plan syndical, nous avons examiné combien de femmes exercent des fonctions de direction, et ceci à tous les niveaux.
      Pour encourager la présence des femmes dans les fonctions directionnelles, nous avons avancé les points suivants:

      • Organiser les réunions pendant la journée
      • Fixer à l’avance les heures du début et de la fin des réunions
      • Ne pas organiser de réunion le mercredi après-midi
      • Discuter des points les plus importants en début de réunion
      • Encourager les femmes à suivre plus de formations
      • Décentraliser et espacer les formations (pas pendant plusieurs jours consécutifs) 

        Tous les ans, nous faisons une évaluation concernant l’égalité des genres et donnons des conseils pour l’amélioration du gendermainstreaming.

        Quelles sont nos exigences aujourd’hui ? 

        • Nous demandons au Président, au Secrétaire général et au Comité de direction de poursuivre une politique qui permette à plus de femmes d’exercer des fonctions de direction.
        • Nous ne voulons pas de quota pour les femmes. La fonction doit revenir à la personne la plus appropriée.
        • Nous insistons sur l’évaluation annuelle et la communication des données à la cellule d’égalité des genres qui évaluera les chiffres et formulera de nouvelles propositions au comité de direction.
        • Nous insistons aussi sur le fait qu’on parle d’égalité des genres pendant toutes les formations.
        • Nous demandons aux partenaires sociaux et au gouvernement de prêter attention à l’égalité des genres dans toutes les négociations.
        • Organiser une journée de formation / colloque concernant le gendermainstreaming. 

        Si vous avez des idées concernant l’égalité des genres en général, sur le travail à temps partiel ou la sécurité sociale… 
envoyez un e-mail à l’attention de LilyKerrinckx à slfp@slfp.be.

        Lily KERRINCKX
        
Présidente Groupe de travail "Egalité des Genres"