Faudra-t-il taxer les robots ?


  • Pourquoi se syndiquer ?
  • Une négociation longue et difficile
  • Merci Anneliese
  • Ça suffit maintenant !

Faudra-t-il taxer les robots Pour préserver la Sécurité sociale ?

Une source d’inspiration peut se trouver dans ce que dit Bill Gates dans un entretien accordé au site Internet, Quartz. En substance, il estime que les robots utilisés par l’industrie devraient être taxés, permettant ainsi de compenser le manque à gagner généré par la disparition des impôts et cotisations sociales payés par les employés qu’ils remplacent.

L’argent issu de cette taxe devrait être utilisé afin d’améliorer certains domaines où la machine ne peut remplacer l’humain. En particulier, les emplois sociaux, l’éducation et notre sécurité sociale au sens large. Cette taxe ne devrait pas être prohibitive, sinon elle limiterait l’innovation et l’investissement. Mais laisser la robotisation prendre le dessus sans la contrôler et la faire participer à l’effort commun serait néfaste pour la société.

Primes syndicales 2016
Comme chaque année, chaque membre du personnel des services publics, qu’il soit statutaire ou contractuel, a reçu une « demande de prime syndicale 2016 » au cours du premier trimestre 2017.

Une négociation longue et difficile
Le 23 mars, le SLFP a conclu un accord avec le management de Proximus qui devait être avalisé lors de la Commission Paritaire du mois d’avril 2017.

Pourquoi se syndiquer ?
Avant de voir pourquoi il est utile, voire indispensable de se syndiquer, nous vous proposons d’examiner ce qu’est un syndicat.

Merci Anneliese
Après une carrière de 42 ans à l’Ordre Judiciaire, dont les cinq dernières années pour le SLFP, elle peut enfin profiter de sa pension bien méritée.

"Ça suffit maintenant"
C’est ce que nous avons fait comprendre le mercredi 8 mars au ministre Steven Vandeput.