Infrabel n’honore pas ses engagements

11/01/2017 - 12:40

Communiqué  de presse SLFP Cheminots

(11/01/17) - Une nouvelle attaque frontale d’Infrabel, met à mal le dialogue social au sein des chemins de fer belges, suite au projet de réduire les effectifs du personnel de près de 4.000 collaborateurs d’ici 2020.

Infrabel, le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire est à nouveau sous les feux de l’actualité avec un projet de fusion de deux de ses filiales Tuc Rail et Ixilio d’Infrabel ferroviaire et d’une diminution de ses effectifs en personnel de près de 4000 agents.

C’est une conséquence directe de la politique d’austérité imposée par le Gouvernement fédéral. Faut-il rappeler entre autres que les dotations ont été drastiquement diminuées depuis deux ans et que la productivité devrait être améliorée de 4% annuellement tant à la SNCB qu’à Infrabel ?

Nous estimons que cela ne dédouane pas pour autant Infrabel des décisions inappropriées qu’elle prend. Plus que jamais, c’est la logique budgétaire qui prévaut tant à la SNCB qu’à Infrabel, avant toute autre considération d’ordre commercial ou opérationnel.

Infrabel s’est engagée à réaliser complètement pour 2025 le réseau ETCS (European Train Control System) qui doit assurer de manière optimale la sécurité de la marche des trains. Un programme de renouvellement  de 75% des voies est planifié pour la même période.

Comme il est impossible à la SNCB d’implémenter un nouveau plan de transport ambitieux avec moins de personnel et un projet de suppression d’une partie des accompagnateurs de train, il est aussi peu réaliste dans le chef d’Infrabel de vouloir faire croire aux cheminots et aux voyageurs qu’elle pourra honorer ses engagements en se resserrant les budgets au-delà du raisonnable.

Le SLFP Cheminots interpellera Infrabel, dans le cadre du dialogue social, sur ses réelles motivations dans ses choix stratégiques.

Pour tous renseignements et contacts :
Philippe DELHALLE, Président Fédéral SLFP Cheminots
0479/54 04 99