La première patronne de la SNCB a pris ses fonctions

© BELGA
© BELGA
07/03/2017 - 22:41

(07/03/17) - Jo Cornu, l’administrateur délégué de la SNCB  a presté sa dernière journée le 6 mars, sa remplaçante Sophie Dutordoir a déjà pris possession de son fauteuil dès le 7 mars. La désignation de Sophie Dutordoir par le gouvernement fédéral est intervenue dans les derniers jours de décembre de l’année dernière.

Rarement la désignation d’un haut responsable à la tête d’une entreprise publique autonome n’a suscité autant de commentaires positifs voire élogieux.

Si l’on en croit La Libre Belgique : « Elle a fait des études de philologie romane, comme elle aurait pu faire ingénieur ou l’école militaire ». Cela pourrait signifier qu’elle est animée d’une grande curiosité et qu’aucune matière ne semble la rebuter. Dans une SNCB que l’on dit souvent trop masculine, elle aura bien besoin de sa capacité à appréhender les domaines techniques qui sont souvent l’apanage des ingénieurs.

Ayant dirigé la Communication chez Electrabel, nous espérons que la communication de la nouvelle CEO ne sera pas qu’un outil de marketing ciblant les voyageurs ou les responsables politiques mais inclura aussi celle destinée au personnel.

Le SLFP Cheminots souhaite vivement que Sophie Dutordoir place le dialogue social dans ses toutes grandes priorités, ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’a jamais réellement fait.

Du pain sur la planche
Les défis qu’elle devra relever sont gigantesques. Mais les organisations syndicales peuvent contribuer à les rendre moins insurmontables, s’il y a, de part et d’autre, une volonté d’enfin instaurer un vrai dialogue social.
Les voyageurs et les navetteurs en particulier réclament une meilleure ponctualité, mais d’une part le cadre budgétaire est resserré et un nouveau plan de transport avec des trains supplémentaires doit entrer en application à la fin de cette année.

Dialogue social, il va en être question aussi lorsque Sophie Dutordoir tentera de ménager la chèvre et le chou entre un Ministre qui passera en force pour faire voter une loi sur le service minimum et des organisations dont les arguments n’ont pas été écoutés.
Autre sujet qui suscite bien des interrogations et pour lequel la direction n’a pas encore dévoilé ses cartes, c’est le projet « One Man Car » qui vise à supprimer l’accompagnateur de train sur certaines lignes régionales.

Nous souhaitons chaleureusement la bienvenue à Sophie Dutordoir et espérons que nous trouvons ensemble des voies communes entre la direction et les partenaires syndicaux.
 
Philippe DELHALLE
Président Fédéral SLFP-Cheminots