La Vision Stratégique pour la Défense et ses conséquences sur le personnel, un an plus tard

29/06/2017 - 11:11

(29/06/17) - Il y a exactement un an, la Vision Stratégique pour la Défense longuement attendue était publiée.
 Le SLFP Défense se réjouissait d’un consensus politique assez large sur ce fil conducteur menant jusqu’en 2030 pour la politique en matière de défense, les investissements qui y sont affectés, l’évolution du fonctionnement et de l’organisation et bien sûr la politique en matière de personnel.

Aujourd’hui nous constatons toutefois que la grande inquiétude régnant au sein du personnel de la Défense persiste en l’absence du plan de pilotage ou en d’autres termes de l’exécution de la Vision Stratégique. Les projets gouvernementaux visant à augmenter drastiquement l’âge de la pension ont encore attisé cette inquiétude.

Le SLFP Défense émet des réserves sur le sourcing

Le sourcing d’activités non spécifiquement militaires doit aboutir à ce que la Défense puisse totalement se concentrer sur ses tâches essentielles et son engagement opérationnel, et parallèlement entraîner une économie de 10% sur les frais. Les premiers projets pilotes ont été lancés. Mettre l’accent sur les tâches essentielles est de pure logique. Mais le SLFP Défense a des doutes quant au screening de sécurité du personnel que les entreprises privées concernées mettront au travail et quant au rendement de ces projets. Il faudra en effet voir si on réalisera bien des économies.

Confusion concernant l’infrastructure

Le personnel est encore toujours en attente de clarté quant au plan de pilotage. Préoccupation et incertitude sont donc à l’ordre du jour car via les médias nous apprenons de-ci de-là que l’une ou l’autre caserne pourrait être fermée. Pour le SLFP Défense, il est en tout cas exclu de vivre de nouveaux drames sociaux comme ceux de 2009 lors de la réalisation du « plan de transformation De Crem ». Nous songeons aux problèmes pour nos militaires et leurs familles. De plus, le personnel est las des réformes et mérite la stabilité. Le SLFP Défense est donc opposé à la fermeture de quelque quartier que ce soit.  

Une Défense jeune et une gestion flexible du personnel

Le Life Time Employment est systématiquement démantelé pour pouvoir satisfaire aux besoins de la Défense et aussi pour répondre à une tendance générale dans la société où les jeunes pratiquent plus souvent le « job-hopping ». La Défense a créé dans ce but le statut BDL dans lequel le militaire peut servir son pays pendant 5 à 8 ans pour passer ensuite éventuellement sous le statut professionnel ou quitter la Défense avec un accompagnement. C’est précisément ce point qui n’est pas réglé : il n’offre aucune garantie d’obtenir un job après la carrière militaire. Mais c’est exactement à ce moment que le jeune a besoin de garanties et d’un filet de sécurité. L’accompagnement doit être plus concret de façon à ce que le militaire qui débute à la Défense ait aussi une vision sur un job pour la suite.  

Préoccupation concernant le recrutement et l’attrition

Pour atteindre le niveau d’ambition dans l’engagement opérationnel de la Défense, il est question dans la Vision Stratégique d’un rajeunissement du personnel militaire. Dans ce but, le recrutement de jeunes sera graduellement augmenté dans les années à venir, à un maximum de 2100 nouvelles recrues à partir de 2021. Le SLFP Défense se pose toutefois la question de savoir si ces 2100 recrues seront suffisantes pour atteindre l’objectif.
En dehors de cela, il faut réfléchir à rendre le job de militaire plus attractif au niveau pécuniaire, lié à une rémunération plus élevée et à des primes stimulant la motivation des jeunes. Les avantages extralégaux tels que la gratuité des soins médicaux, les transports en commun, les avantages commerciaux…doivent être étendus.

Imprécisions sur les pensions

Le 15 octobre 2016, à la suite du conclave budgétaire, la Défense a une fois de plus dû passer à la caisse. En effet, lors de chaque discussion gouvernementale sur le budget, la Défense passe sous le couperet. Mais la dernière décision de principe défiait toute imagination. D’un trait de plume, le gouvernement avait l’intention de porter l’âge de la pension à minimum 63 ans. Le SLFP Défense ne peut en aucun cas accepter des décisions de principe aussi brutales et irréfléchies.  La décision de principe sape intégralement la politique en matière de personnel exposée dans le Vision Stratégique comme le rajeunissement de la Défense, la diminution du nombre de militaires, le plan structurel (il faut bien que le personnel soit mis au travail quelque part), l’attrition, le concept Life Time Employment...

Conclusion

Par la Vision Stratégique, ce gouvernement a fait un bon choix pour la sécurité interne et externe de notre pays et il prévoit à l’horizon 2030 d’enfin investir dans la Défense belge après des décennies d’économies. Il semble qu’il soit devenu évident que l’armée doit être bien équipée et bien entraînée ; les mots-clés sont rationalisation et efficacité. En ces temps incertains et peu sûrs, la Défense et les militaires ont montré à plusieurs reprises leur valeur, leur loyauté, leur professionnalisme, et leur engagement. Qu’il s’agisse des missions de surveillance sous le niveau 3 de la menace terroriste, de l’assistance lors des horribles attentats terroristes du 22 mars 2016 et la neutralisation d’un terroriste le 20 juin 2017, de la surveillance des prisons lors de la grève des agents pénitentiaires, de l’engagement opérationnel des composantes terre, marine ou air, soutenues par du personnel médical bien formé,… le militaire exécute, sans poser de questions.   Même lorsque certaines missions sont contraires à la législation sur le bien-être. Le militaire est formé, entraîné et loyal envers les décisions du gouvernement et sa famille royale. Le métier de militaire est plus qu’un métier lourd, c’est un métier spécifique. Le militaire mérite donc une reconnaissance de sa loyauté, de son engagement, de sa disponibilité, de sa disposition à exécuter les ordres, même en y laissant la vie si nécessaire.

Il est grand temps de traduire cette reconnaissance en actes.

Edwin Lauwereins
Président SLFP Défense