Opération Homeland : “La sécurité n’a pas de prix!”

© BELGA
© BELGA
22/11/2015 - 19:01

Communiqué de presse du SLFP-Défense

(22/11/15) - A la suite du relèvement depuis samedi du niveau de la menace du niveau 3 au niveau 4 dans la Région de Bruxelles-Capitale, des centaines de militaires ont déjà été déployés pour “ l’Opération Homeland”. Au cours du week-end dernier une centaine de militaires ont de plus été appelés pour apporter un soutien logistique aux militaires engagés.

Du respect pour nos militaires belges qui comme toujours effectuent leur mission fidèlement et pleins de courage au profit de la société et pour notre sécurité. Merci à tous ces hommes et toutes ces femmes qui s’y engagent.  Nous adressons aussi notre soutien à leurs familles.  

La Défense a répondu à l'appel du gouvernement et ainsi démontré notre réactivité, disponibilité et notre professionnalisme pour assurer la protection et la sécurité de nos concitoyens. Cela justifie le fait de ne pas imposer des économies supplémentaires dans la défense parce que nous ne pourrions plus garantir ce niveau d’engagement.


Le monde politique doit en prendre conscience.

La sécurité n’a pas de prix


Le 25 novembre, la Commission Défense de la Chambre examinera  la note de politique générale concernant le budget 2016, les opérations, le renseignement militaire, la gestion du personnel...
Il est grand temps que le gouvernement préserve les valeurs belges de liberté, protège notre  économie et comprenne que la sécurité n’a pas de prix.  

Le SLFP-Défense compte sur le même bon état d’esprit et respect de la part des politiques en vue d’une perspective d’avenir convenable pour notre armée belge et tout le personnel de la Défense.

Le SLFP-Défense continue de plaider en faveur de plus d’investissements en matériel et en personnel à court terme afin que nos militaires puissent exécuter leurs missions correctement et en sécurité.

Accueil des réfugiés
Par ailleurs, la Défense fournit encore un effort important dans l’accueil des réfugiés, une crise  passée quelque peu à l’arrière-plan à la suite des événements récents à Paris.

La énième preuve que la Défense est aussi le partenaire tout désigné dans l’aide à la nation. Notre préoccupation va cependant aux centres d’accueil dans des casernes où du personnel militaire est encore mis au travail. Le SLFP-Défense a déjà plaidé précédemment pour une concertation locale, car cet accueil a un impact sur le travail quotidien du militaire. Nous déplorons que l’autorité militaire fasse ici trop souvent usage de la sous-position “mise en œuvre et mise en condition” dans laquelle les partenaires sociaux restent exclus de toute concertation.

Info:
Gilles Van Oosthuijze,
dirigeant responsable du Syndicat pour le Personnel de la Défense, SLFP-Défense
GSM: 0498 80 36 06